L’épicier de la Ferme, GAEC de Cugand (85)

L’épicier de la Ferme, producteur de céréales et éleveurs de vaches et de cochons à Cugand (85)

 

Chez L’épicier de la Ferme, ils produisent de la viande de bœuf, de porc et des produits laitiers. On retrouve principalement au Marché des Terroirs leurs saucisses qui sont sans additifs, sans conservateurs. De plus, ils n’utilisent que le maigre de la viande pour garder le bon goût du cochon.

 

Entre L’Épicier de la Ferme et le Gaec Nord Vendéen

L’Épicier de la Ferme et le Gaec Nord Vendéen, c’est une histoire de famille. Ce sont en fait trois générations qui ont développé un savoir-faire respectueux de l’environnement et du bien-être animal ; et un système autonome puisque c’est à la Ferme que l’on produit les céréales pour nourrir les animaux.

Aujourd’hui, ils sont 7 associés, fils, cousins et amis de longue date, à s’occuper des hectares du Gaec (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun) et du magasin.

La Ferme et le magasin sont tous les deux situés à Cugand en Vendée, sur le même terrain, à quelques mètres l’un de l’autre. Le magasin permet de faire le lien entre la Ferme et le consommateur, d’où leur slogan : « Main dans la main de la terre à l’assiette ».

Ils ont fait le choix de transformer et commercialiser leurs produits laitiers et viandes de porcs eux même, sur le lieu de l’exploitation. Leur souhait est d’avoir une visibilité en continu sur le cycle de vie du produit et sa traçabilité. De plus, ils respectent les codes de fabrication fermière avec des méthodes traditionnelles et un respect des matières premières optimum (lait et viande de porc) qui leur permettent de vous garantir des produits de grande qualité.

 

La production de céréales au Gaec Nord Vendéen

Au Gaec, ce sont 350 hectares qui servent à la production de céréales. Celle-ci sont destinées aux cochons et aux vaches. Ils se nourrissent tant des fourrages (maïs, herbe, foin) que des céréales (blé, orge, avoine, maïs grain).

Sur l’exploitation Nord Vendéenne, c’est une culture raisonnée. Ils utilisent très peu d’intrant et ont investi dans le traitement des eaux il y a 6-7 ans. Ils ont d’ailleurs obtenu la certification HVE (Haute Valeur Environnementale) : une reconnaissance officielle de la performance environnementale des viticulteurs et des agriculteurs. Celle-ci s’appuie sur des indicateurs de performances environnementale sur l’intégralité de l’exploitation agricole.

 

L’élevage bovin de Cugand, un havre de paix

Sur l’exploitation vendéenne, on retrouve 130 vaches laitières Prim’Holstein chaque année. Ils sont trois éleveurs à chouchouter les vaches. Ils les connaissent d’ailleurs toutes par cœur : leur prénom, le nombre de veaux qu’elles ont eu, leurs habitudes etc. Et sont toujours aux petits soins avec elles. Le bien-être animal étant une valeur très forte au Gaec Nord Vendéen.

Les associés font venir très peu de personne extérieur (le vétérinaire, le marchand d’animaux) pour des raisons sanitaires. C’est aussi pour cette raison qu’ils ont installé deux robots pour la traite.

Les vaches sont très sympas avec les éleveurs et les visiteurs car elles y sont habituées à dès leur plus jeune âge.

Des vaches « zen »

Le bâtiment a été construit en 1989 et c’est en 2008 qu’ils l’on remit aux normes. Ils y ont installé des sondes à chaleur dans tout le bâtiment pour permettre aux vaches d’être toujours dans un environnement tempéré. De plus, lors de fortes chaleurs, de l’eau est diffusée sur les animaux pour les rafraichir. En effet, celles-ci n’aiment pas la chaleur, elles sont comme nous ! C’est aussi la raison pour laquelle elles ne sont pas dans les pâturages l’été et l’hiver. Par contre, au printemps, elles peuvent se balader dans les prés et brouter l’herbe fraiche dans les champs de l’exploitation Nord Vendéenne.

Aussi, lors du tarissement des vaches, c’est-à-dire lorsqu’elles n’ont plus de lait, François et les autres éleveurs les laisses pâturer à l’écart des autres vaches. Au Gaec, il n’y a pas de période de vêlage, cela se passe toute l’année. Ainsi, les vaches ne sont pas stressées par les inséminations.

Au niveau de l’aménagement du bâtiment, pas de béton au sol mais des matelas et du caoutchouc recouvert de paille. De plus, ils ont installé une dérouleuse pour la paille, cela évite la poussière pour le confort de l’animal. Elle déroule la paille et celle-ci est étalée à la main tous les matins.

En plus du confort au sol, elles ont un bâtiment qui pourrait accueillit beaucoup plus de vaches, mais elles ne sont que 130, comme ça, elles ont un grand espace aéré et peuvent se déplacer librement, sans se marcher les unes sur les autres. Si elles restent groupées, c’est qu’elles vivent en troupeau, pour autant, si elles souhaitent se déplacer et s’écarter du groupe, c’est possible ! Elles ne sont pas stressées !

Ce sont grâce à toutes ses méthodes de bien-être animal que la qualité du lait est grande chez L’Épicier de la Ferme.

Des soins naturels, méthodes de grand-mère

Quand il s’agit de soigner leurs animaux, les éleveurs du Gaec favorisent les soins naturels comme l’homéopathie, l’acuponcture, les huiles essentiels ou encore les méthodes de grand-mère. De plus, lors des périodes de vêlage, il y a quasiment toujours une présence pour les surveiller. En effet, les éleveurs sont polyvalents entre les différents élevages (cochon et vache) et sont donc toujours présents au besoin.

La traite des vaches robotisée

Concernant la traite des vaches, celle-ci est robotisée. Ils ont installé deux robots qui réalisent la traite de façons automatique et autonome en marche 24h/24h pour que les vaches puissent aller à la traite quand elles le souhaitent. En fait, c’est un système de laser qui permet de détecter les mamelles de la vache et d’ajuster le robot. C’est aussi grâce au collier que porte la vache que les éleveurs surveillent la traite. Chaque vache a comme un carnet de santé avec tous ses relevés de traite. Ainsi, s’il y a un problème sur une traite, ou bien une vache qui n’y a pas été, l’éleveur est averti et peu agir. Tout est programmé !

Il faut compter un robot pour une soixantaine de vaches. Le Gaec Nord Vendéen en possède donc deux pour ses 130 vaches laitières. A savoir, chaque vache produit environ 36 litres de lait par jour. Cela vari de 20 L à 60 L de lait par jour en fonction des naissances. Et puisque la Ferme n’a pas de « saison de vêlage » alors la production de lait est régulière toute l’année.

Les veaux, le confort et les méthodes de grands-mères

Les veaux ont une quinzaine de jours. Vous pouvez remarquer les branches de houx suspendues au-dessus de l’enclos. En fait, c’est une méthode de grand-mère contre la teigne : un parasite pour les bovins logés dans les bâtiments chauds et humides qui créer des lésions cutanées appelées dartres.

 

L’élevage hors sol des cochons

Au Gaec, c’est l’élevage hors sol qui est installé pour les cochons. Les cochons, contrairement aux idées reçues, sont des animaux qui aiment la propreté. Alors, l’élevage sur pilotis est un système qui leur convient parfaitement. En effet, les caillebotis permettent d’isoler les cochons du sol, et laissent les déjections et l’eau s’écouler en dessous. Ainsi, l’espace de vie est toujours propre et les cochons heureux !

Les cochons sont élevés dans un bâtiment pour être protégé des variations de température. En effet, ceux-ci sont sensibles au froid et à la chaleur.

A la ferme de Cugand, on trouve environ 300 porcs élevés sans antibiotique ! Chaque année, le Gaec vend environ 7 000 porcs.

 

Découvrez des produits fermiers et locaux transformés par de vrais passionnés issus du Gaec Nord Vendéen.

Le magasin

Commerce de proximité
Du producteur au consommateur
Economie soutenable et responsable
Confiance et liens durable

Les produits

Origines et terroirs
Saisons et circuit courts
Coût et qualité
Santé et plaisir

Les producteurs

Paysans et artisans partenaires
Savoir-faire et traditions
Pratiques agricoles responsables

La politique tarifaire

Juste rémunération des producteurs
Prix juste pour tout le monde
du producteur au consommateur

Le gout des saveurs locales